Saint-Étienne-du-Rouvray : l'un des tueurs était connu de trois services de renseignement

actu societe et faits divers, antiterrorisme, attentats, enquête, fil info, JUSTICE, News, renseignement, Saint-Étienne-du-Rouvray, terrorisme



Est-ce un nouveau raté des services de renseignement français ? D'après les informations révélées par Le Canard Enchaîné dans son numéro à paraître ce mercredi 31 janvier, l'un des tueurs du père Hamel avait été signalé plusieurs jours avant l'attaque de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016. 


D'après le palmipède, qui s'appuie d'abord sur une information de Médiapart, le premier service à avoir lancé l'alerte est la Direction du renseignement de la Préfecture de police de Paris (DRPP) - qui avait de son côté immédiatement démenti. La cellule avait déjà repéré Adel Kermiche, l'un des deux auteurs de l'attentat, à cause de son activité sur les réseaux sociaux. 

Un signalement similaire avait également été émis par le Service central du renseignement territorial (SCRT) et transmis à l'Allat, un service de lutte contre le terrorisme, le 21 juillet 2016, soit cinq jours avant l'attaque, explique le journal satyrique. Un cliché "peu lisible" du suspect avait aussi été joint au signalement.


Bulletins de renseignements


Cette même piste, des agents de la Direction du renseignement militaire (DRM) la suivaient également, après s'être infiltrés sur le compte Telegram - un réseau social crypté - du terroriste, où il postait des messages sous le pseudonyme "Jayyed".

Le 22 juillet 2016, la DRM prévient à son tour l'Allat du danger que représente Adel Kermiche, qui a fait allégeance au groupe État islamique, et qui s'apprête à passer à l'acte. Un deuxième signalement transmis via un "bulletin de renseignement" (BR). Ce même jour, une autre note est envoyée aux services de lutte antiterroriste par un agent de la Direction du renseignement militaire, lui aussi infiltré sur le Telegram du terroriste et relatant également l'activité suspecte d'Adel Kermiche

La veille de l'attentat, le Renseignement militaire émet un ultime BR - transmis à l'Allat - et met en avant les menaces du jihadistes envers des églises. Le 26 juillet, jour de l'attaque, un troisième bulletin de renseignement est envoyé à la cellule qui piste les terroristes, mais sera ouvert trop tard, après le passage à l'acte d'Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, à 9h30.

Trois signalements donc, perdus "dans les tuyaux" de l'administration de l'antiterrorisme, comme l'explique Le Canard Enchaîné. Problème de coordination des services ? Nouveau raté ? Hubert Wulfranc, le maire de Saint-Étienne-du-Rouvray lui, affirmait sur RTL que cet attentat "aurait pu être évité".


La rédaction vous recommande

  • Saint-Étienne-du-Rouvray : pour l'ancien maire, "l'attentat aurait pu être évité"
  • Saint-Étienne-du-Rouvray : "Sommes-nous bien protégés ?", s'interroge un avocat
  • Saint-Étienne-du-Rouvray : un rescapé va saisir la justice après les révélations de "Mediapart"
  • Saint-Étienne-du-Rouvray : les services secrets auraient étouffé un raté, selon "Mediapart"




Source : http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/saint-etienne-du-rouvray-l-un-des-tueurs-etait-connu-de-trois-services-de-renseignement-7792060839
Auteur : Lucie Valais
Date de parution : 31 January 2018 | 2:43 am